EXPOSITION ELODIE LEMERLE : les noms de tout le genre humain

Publié le :

du 20 au 24 mars 2019 au Bateau Lavoir Laval
Réalisations vidéo d’ELODIE LEMERLE qui font partie de la première étape d’un projet , elles sont le fruit d’une collaboration avec « France Terre d’Asile » de Laval.
Les ateliers d’écriture, de photographies et vidéos menés avec les migrants résidents à Laval, donnent corps et âme à cette installation.

"circonvolutions"
" comme l’aile de l’oiseau effleure le monde"
"les noms de tout le genre humain"

Parcours artistique off Laval Virtual

France Terre d’Asile-et Figurants : M. Ismail GURE ( Somalie) , Mme Armine SEGUEG ( arménie) ; Mme Janvière BARIHO( Rwanda) , M. Alladin OSMANE (Soudan), M. Moustapha SOUMAH( Guinée). Partenariats techniques d’APCVC (Yann Guibert et Pierre Bouron), La Ligue de l’enseignement 53 ainsi que la ville de Laval.

Le voyage incarne une quête initiatique, une connaissance du monde et de soi-même. Mais le voyage ici est le chemin parcouru pour ces brutales et longues migrations : évoquer le départ, le parcours, suggérer les épreuves pour parler d’humanité.
L’épopée traduit et condense toutes les histoires des hommes de tous les temps. Les mots planent, interpellent et font écho à l’image comme l’ultime tentative de briser le silence dans les brumes.
L’errance, la violence du départ, l’arrachement à sa terre natale sont les éléments clefs de la démarche. S’arracher, fuir, survivre, la métaphore du parcours de migration est portée par chaque élément scénographique. Ces fragments de paysages , cette terre sont comme les bris des origines. Terre séchée, peu fertile qui ne fait que souligner la vulnérabilité de l’existence humaine.
Comme l’aile de l’oiseau effleure le monde à la recherche de nouvelles ressources.
Le spectateur se retrouve pris dans cette brume, ainsi, il est appelé, lui aussi, à trouver son nom dans tout le genre humain dans ce face à face symbolique qui le renvoie immanquablement à un face à face au monde dans lequel il vit mais aussi un face à face avec lui-même.

L’illusion du réel est cette image mentale fantasmée de l’exil, de l’autre, des migrations .Elle se retrouve incarnée par la présence physique du spectateur. Mais si celui ci veut toucher la réalité du monde dans lequel il vit, il devra lui aussi faire le voyage virtuel vers ces auras. Lui aussi en croisant leur chemin fera partie de leur histoire et eux de la sienne. Le spectateur est en immersion dans le mouvement de ces hommes et ces femmes qui viennent à sa rencontre. Il n’est plus à distance, il est parmi eux, avec eux.

ACTUALITES

AgendaTous les événements

juillet 2019 :

Rien pour ce mois

juin 2019 | août 2019