Journée mondiale du refus de la misère : retour sur une journée de mobilisation réussie

Publié le :

Partie de "La Porte ouverte", lieu de l’accueil de jour pour les personnes sans logis à Laval, où les présidents de La Porte ouverte et d’Emmaüs ont pris la parole, la déambulation de cyclistes avec des vélos décorés (Une roue pour les droits sociaux, une roue pour les droits environnementaux) et de piétons porteurs de pancartes s’est rendue à Emmaüs, puis au Secours Populaire où le président a développé les actions de l’association (voir vidéo) : la distribution alimentaire, la santé, les cours de français, les séjours de vacances pour les enfants... Prise de parole également de Revivre et le témoignage émouvant d’un homme, hébergé au 115, qui s’est engagé dans le bénévolat de l’association.
Devant la préfecture, place Jean Moulin une flash mob par des jeunes mineurs étrangers accompagnés par Hébergeurs Solidaires a mis de l’ambiance.
La manifestation a ensuite suivi son cours rue de la Paix, avec le slogan "Justice sociale et environnementale on est là, on est là, on est là !"
Après une nouvelle Flash mob devant la Mairie tout le monde s’est rassemblé sur le parvis des Droits de l’homme pour la prise de parole de la Ligue des Droits de l’homme, les témoignages des personnes d’ATD Quart Monde sur les difficultés liées à la période de confinement, l’expression des 3 Mondes au nom du Comité du 17 octobre et l’ expression du maire de Laval.

Ci-dessous : Texte de la prise de parole de Marie-O Lucas pour Les 3 Mondes

Pour une justice sociale et environnementale

Comme les autres associations présentes ici, nous nous effrayons de la dégradation des conditions de vie pour un nombre grandissant de familles.
Sur le plan national, 18 % d’entre elles sont à découvert en fin de mois d’après l’ipsos et 900 000 chômeurs supplémentaires sont attendus cette année. Le nombre de personnes se situant en dessous du seuil de pauvreté se situe entre 9 et 10 millions de personnes, aujourd’hui, dont 1 million suite à la crise sanitaire. Ces chiffres donnent le vertige…
Ici en Mayenne le nombre de bénéficiaires du RSA ne cesse d’augmenter depuis plusieurs mois et la recherche d’emploi est bien difficile dans le contexte économique lié à la covid. Aujourd’hui sur l’ensemble du département, 1060 familles sont inscrites au restaurant du coeur et autre chiffre impressionnant concernant la précarité à nos portes, le nombre de repas distribué à Laval a été multiplié par 10 pendant la période de confinement pour atteindre 500 à 600 repas par jour. Les Restaurants du Coeur s’inquiètent pour l’hiver à venir…
Précarité, malbouffe, privations de nourriture ici, comme dans tant d’autres pays à travers le monde. Nous ne pouvons que joindre nos voix à celles qui refusent la misère et les inégalités et nous appelons à une autre gestion internationale des ressources dans le respect des hommes et de l’environnement, nous appelons à une nécessaire solidarité internationale.
La question alimentaire de même que les problèmes d’environnement soulignent l’interdépendance des différents pays du monde. Ces thèmes sont abordés tout au long des films que nous présentons dans le cadre du festival alimenterre qui propose des films dans différentes salles du département au mois d’octobre et Novembre. Deux exemples qui montrent comment les choix agricoles et commerciaux de la France et de l’Europe mettent à mal les micro économies de certains pays et les conséquences catastrophiques que cela peut avoir sur le plan de la santé :
1er ex - les poulets : l’invasion des marchés Africains par nos poulets élevés en batterie concurrence et anéantit les productions locales et augmente ainsi le nombre de chômeurs là bas. Pour survivre certains n’auront d’autre solution que de tenter la migration dans l’espoir de trouver un travail et une vie meilleure, au péril de leur vie parfois…
2ème ex- Le soja : le soja OGM du Brésil ou de l’Uruguay ou autre… est exporté pour nourrir les bovins français ; or, les pesticides déversés par hélicoptère sur les immenses champs de semences OGM utilisés rendent malades les agriculteurs de là-bas comme ils nuisent à la santé des consommateurs d’ici.
Ces situations désastreuses sont le résultat de choix politiques et économiques qui favorisent l’industrie agro-alimentaire au détriment d’une agriculture paysanne respectueuse de l’environnement, au détriment de l’intérêt de l’ensemble de la population. Elles sont le résultat de choix qui favorisent les profits immédiats d’une minorité, stratégie bien éloignée de la sagesse de certains peuples premiers proches de la nature qui avant toute décision réfléchissaient à la conséquence de leurs choix sur les 7 générations à venir.
Tous ensemble refusons la misère et, prenons conscience de nos interdépendances, de nos liens à la nature et aux autres… au niveau local, national comme international. Il y a urgence, contribuons à la construction d’un monde plus juste et respectueux de l’environnement.

ACTUALITES

AgendaTous les événements