Madagascar, la crise oubliée, et ses enchaînements en cascade

Publié le :

21 mars 2022, par FALIARIVOLA Manoa, LANTEIGNE Marc, RAZAKAMAHARAVO Valomahanina,
article publié sur [ritimo.org]

La première famine au monde causée par le changement climatique plutôt que par un conflit se poursuit dans un contexte d’attention nationale et mondiale insuffisante.

À l’aube de 2022, Madagascar continue de faire face à une grave famine - connue localement sous le nom de Kere - dans le sud de l’île. Bien qu’il soit responsable d’ un pourcentage négligeable d’émissions de carbone, le pays a été frappé par ce que l’ONU et le Programme alimentaire mondial (PAM) considèrent comme la toute première crise de la faim provoquée par le changement climatique plutôt que par un conflit.

Depuis trois ans maintenant, des sécheresses à des niveaux jamais vus depuis quatre décennies ont entraîné de mauvaises récoltes et des pénuries alimentaires généralisées. Depuis fin 2020, des dizaines de décès par famine ont été enregistrés à Madagascar, et plus de 1,1 million de personnes - sur une population d’environ 27 millions - sont en situation d’insécurité alimentaire. Le PAM estime que des dizaines de milliers de personnes sont actuellement confrontées à des conditions de famine « catastrophiques » (le cinquième et le plus haut niveau d’insécurité alimentaire internationalement reconnu).

En raison de sa géographie particulière, Madagascar est sensible aux périodes de sécheresse. La famine actuelle est la 16ème que connaît l’île depuis le début du XXème siècle. Sa région méridionale – connue sous le nom de « zone semi-aride » – est particulièrement vulnérable aux conditions météorologiques changeantes. En plus de la sécheresse, l’année dernière, des tempêtes de sable (connues sous le nom de tiomena ou « vents rouges ») dans cette région ont endommagé la couche arable déjà affectée par le retard des pluies et la déforestation.
Facteurs aggravants

En plus des conditions météorologiques extrêmes, divers facteurs ont exacerbé la situation à Madagascar.

  • Premièrement, la prise de décision douteuse a sans doute contribué au problème persistant. L’administration du président Andry Rajoelina n’a lancé des initiatives spécifiques visant à lutter contre la famine qu’à la fin de 2020 et a été critiquée pour sa lenteur à réagir. Pendant ce temps, certains ont remis en question la stratégie du gouvernement consistant à créer le Centre de Coordination Opérationnelle contre le Kere (CCOK) pour distribuer de la nourriture directement aux familles de la région d’Androy. Des observateurs ont suggéré que des organisations locales indépendantes soient chargées de veiller à ce que l’aide parvienne aux zones touchées. D’autres ont dénoncé l’accent mis par le gouvernement sur les solutions à court terme, surtout lorsque la situation dans des régions comme la région d’Anosy continue d’être exacerbée par un réseau routier inadéquat.
  • Deuxièmement, une série de problèmes externes ont entravé les réponses nationales et internationales à la famine. Les crises socio-économiques et politiques de longue date de Madagascar n’ont pas disparu, tandis que la pandémie de Covid-19 a ajouté plusieurs problèmes supplémentaires. Les restrictions de voyage ont compliqué les efforts de secours alimentaire , tandis que les mesures de confinement et la fermeture de l’industrie du tourisme ont durement touché l’économie et contribué à la hausse des prix de nombreux produits de base.
  • Troisièmement, des bandits armés dans la région aggravent la pénurie en volant des fournitures, notamment du bétail et de l’aide alimentaire internationale . Connus sous le nom de dahalo , ces gangs vont parfois jusqu’à tuer des habitants et incendier des villages entiers. Pendant des années, ils ont profité de la présence limitée de la sécurité de l’État dans le sud reculé ainsi que de la coopération de responsables locaux corrompus (connus familièrement sous le nom de dahalo ambony latabatra ou « voleurs de bétail en fauteuil »). En 2016, le gouvernement a déployé l’ Unité Spéciale Anti-Dahalo nouvellement créée , mais l’unité spécialisée s’est avérée trop petite et insuffisamment dotée en ressources pour arrêter le banditisme.

Effets cascades

En plus d’être affectée par une série de facteurs, la famine à Madagascar a également un large éventail d’effets secondaires qui vont au-delà de la simple pénurie de nourriture.

Pour commencer, la manière dont les crises sont sexospécifiques signifie que les femmes et les enfants sont les plus touchés, et pas moins de 4,3 millions de mineurs auraient besoin d’assistance. Dans ces circonstances, il existe un risque très élevé d’abus et d’exploitation sexuels, de violence sexiste et de violence contre les enfants. La privation augmente également les pratiques telles que le mariage des enfants et les cas de parents vendant leurs enfants pour obtenir de l’argent afin d’acheter de la nourriture.

La combinaison de la violence et de la famine a également contribué à une augmentationdes déplacements internes, ce qui exerce des pressions supplémentaires sur les autorités locales et contribue à la dégradation de l’environnement. Au cours des dernières années, des dizaines de milliers de personnes ont fui la région sud, se déplaçant souvent vers l’ouest. Les forces gouvernementales ont tenté de limiter l’accès des populations aux zones autour et à l’intérieur des terres protégées dans cette partie du pays, mais de nombreuses personnes ont néanmoins réussi à brûler et à défricher des milliers d’hectares de terres riches en biodiversité - comme dans l’unique forêt sèche de Menabe Antimena - au profit de grandes entreprises de production de bière et d’aliments. Ces entreprises emploient ces déplacés internes et collectent souvent les produits de ces travailleurs à très bas prix, ce qui ajoute au problème de l’exploitation illégale des terres. Le parc national d’Ankarafantsika a également été touché par des incendies que lesautorités locales ont imputés aux migrants climatiques du sud.

La lenteur des réponses du gouvernement n’a pas fait grand-chose pour améliorer la situation. Il y a eu peu de logements pour accueillir ceux qui fuient leur foyer, tandis que ceux qui gardent les zones protégées sont mal équipés pour empêcher des centaines, voire des milliers de personnes d’entrer dans ces régions importantes pour l’environnement.

Des défis qui se chevauchent

La situation à Madagascar montre comment une crise dans un domaine peut souvent se propager soudainement et de manière incontrôlable dans de nombreux autres, déroutant les tentatives de remèdes à moins que tous les aspects ne soient efficacement traités en même temps.

Les efforts du gouvernement pour faire face à ces problèmes ont échoué dans de nombreux domaines, mais l’attention mondiale est également insuffisante. Il est difficile de résoudre ces nombreux problèmes et cela demande un engagement à long terme, mais certaines mesures sont évidentes. Pour faire face à la grave famine, à ses myriades de causes et à ses effets en cascade, Madagascar a besoin d’un programme clair et coordonné qui implique tous les acteurs afin de s’assurer que les réponses ne font pas double emploi, d’un rôle central pour les organisations locales qui sont plus proches des populations touchées, et de garanties de responsabilité et de transparence dans la manière dont les ressources sont utilisées.

Lire l’article original en anglais sur le site African Arguments

ACTUALITES

AgendaTous les événements

mai 2022 :

Rien pour ce mois

avril 2022 | juin 2022